Le Rapport Moral du Président 

Assemblée Générale Ordinaire du 24 SEPTEMBRE 2020

 

Le conseil d’administration, et les fonctions de Président qui en découlent, sont l’émanation de la volonté des adhérents lors de l’Assemblée générale. Ce rendez-vous est donc chaque année fondateur et nous donne notre légitimité. Encore merci à vous pour votre présence et votre confiance !
 
Le Président doit donc lors de ce rapport moral rendre compte de la gestion 2019 de l’association. Exercice difficile tant le début d’année 2020 a été éprouvant pour tous, et tant l’année 2019 semble déjà éloignée et appartenir au monde d’avant…
 
Par la suite, les directrices et directeurs de l’association vous présenteront les 2 ou 3 fiertés de leur établissement pour 2019. Je vais donc être court, et me contenter de vous présenter mes 3 fiertés de l’APEI de Chambéry, qui valent pour 2019, et bien sûr au-delà…
 
Vous dire tout d’abord combien je suis fier de cette aventure de 60 ans qui ne tient qu’à l’engagement de quelques-uns, à leur volonté de « construire » du « bien vivre ensemble » pour les personnes les plus vulnérables de la société. L’APEI de Chambéry incarne en elle pleinement, entièrement, l’essence de la loi de 1901 dont il me semble utile de vous rappeler l’article 1 : « L’association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leur connaissance ou activité dans un but autre que de partager des bénéfices. » Je suis donc fier de cette aventure qui se poursuit aujourd’hui, et dont le seul bénéfice constaté est le plaisir de vivre ensemble, avec nos différences !
 
Ma seconde fierté, c’est celle de ces communautés de vie, ou de ces services qui rendent possible la vie des personnes en situation de handicap en milieu ordinaire, ou qui permettent le répit des aidants, pour exemples :
 
  • Le secteur enfant est constitué de 5 structures, et autant d’acronymes incompréhensibles (IME, SESSAD, PCPE, UEMA) que nous espérons un jour voir fusionner dans un dispositif d’accompagnement global, l’objectif étant de rendre un meilleur service aux personnes en situation de handicap, et d’ajuster l’offre aux évolutions sociétales.
Nous recevons régulièrement des visites de structures hors département pour voir comment les prestations sur site et hors site peuvent être articulées avec autant de finesse en fonction des besoins des enfants…
 
  • La PAM 73, plateforme permettant le soutien et le répit des aidants des personnes porteuses d’autisme est aussi innovante ; elle sert souvent de modèle au niveau régional.
  • Le site du Noiray a réussi la gageure d’accueillir des adultes porteurs de TSA, dont le profil est réputé complexe, dans un bien vivre ensemble et une ambiance « familiale » que l’on ne voit que rarement dans ce type d’établissement.
 
La liste n’est pas exhaustive et je pourrais aisément trouver un exemple au moins pour chacune des 17 structures de l’APEI de Chambéry ! Mais j’ai promis de rester bref…
 
Ma dernière fierté est très liée à la précédente. Il s’agit de la capacité que nous avons, sur les établissements ou l’association, à construire ensemble, en associant personnes accueillies, professionnels et parents ! C’est cette « triple expertise » si chère à l’UNAPEI, qui permet de mettre en pratique l’intelligence collective si souvent vantée et si peu pratiquée. Notre projet associatif en cours d’élaboration, et sa méthode d’élaboration en est un exemple. La réussite de PAM ou du FAM TSA en sont d’autres. Cette coconstruction, nous devons la maintenir et la développer, notamment en écoutant encore mieux ce que les personnes accueillies peuvent nous dire de leurs besoins, ou de l’application qu’elles souhaitent de leurs droits fondamentaux.
 
Vous l’aurez compris, je suis fier et je sais que vous aussi, du chemin accompli par notre association, et des valeurs qu’elle représente aujourd’hui. Nous continuerons à être vigilants sur le sens de nos missions en faveur des personnes accueillies, et avons travaillé notre projet associatif et ses grandes orientations dans cet esprit, avec le soutien de nos partenaires que je tiens, pour conclure ce rapport, à remercier vivement. 
 
 
Cordialement.
 
Raymond Mieusset