Association des parents et amis de personnes handicapées mentales de Chambéry

"Je suis différent, comme les autres"

La Commission paritaire Chambéry/Aix-les-Bains a organisé, le mercredi 21 mars 2018, une conférence débat à l'IREIS de La Ravoire, qui s'inscrit dans les politiques associatives de mieux accompagner le vieillissement des personnes en situation de handicap.
Cette conférence était animée par le Docteur Bénédicte de Frémenville, spécialiste en génétique médicale, médecin référent de l'ADAPEI 42, Direction santé et coordination des soins. Pour plus d'information suivre le lien 
  • Nous avons besoin de votre soutien pour défendre la situation des enfants polyhandicapés de la Savoie (en savoir +)

  • ESAT du Nivolet : Actualités

  • VERSEMENT DE LA TAXE D'APPRENTISSAGE :

L'IME "le Bourget" et l'ESAT du NIVOLET de l'APEI de Chambéry sont habilités à percevoir la taxe d'apprentissage (en savoir plus)

​​​​​

 

Dans le cadre de la préparation du CPOM II, en 2015, les autorités de tarification ont invité les 4 APEI à travailler ensemble pour améliorer l’offre et le service rendus aux personnes handicapées mentales du département.

Depuis, l'APEI d'Aix-les-Bains et l’APEI de Chambéry réfléchissent sur des plans d’action à mettre en œuvre. Ce sont tout d’abord les établissements qui ont proposé des actions partagées. C’est ainsi que sont nés le pôle de compétences et de parcours externalisés avec les 2 IME et les 2 SESSAD, le collectif des ESAT et EA de Savoie, un projet d’internat de week-end pour les enfants d’IME…

Suite à la démission du Directeur général de l'APEI d'Aix-les-Bains en septembre 2017, le Directeur général de l’APEI de Chambéry a assuré l’intérim et les 2 conseils d'administration ont constitué un comité paritaire de coopération chargé de mesurer les enjeux d’un rapprochement des 2 associations en termes de gouvernance.

Après quelques mois de partage d’un Directeur général commun, les 2 conseils d'administration ont décidé de se donner du temps pour faire plus connaissance et réfléchir. C’est donc en juin 2018, qu’ils se sont engagés à présenter à leurs assemblées générales respectives les perspectives de collaboration entre les 2 APEI. S’il est avéré que nos 2 associations ont de nombreux points communs, en particulier en termes de valeurs de solidarité, d’humanisme, il reste important de garantir aux familles et à leurs enfants handicapés une relation de proximité et de maintenir un fort ancrage territorial.

La question qui se pose est donc : comment développer des mutualisations dans l’intérêt de l’offre et de la qualité d’accompagnement tout en conservant une échelle humaine et une proximité relationnelle ?

Nous avons d’ores et déjà éliminé toute hypothèse de fusion dont les exemples catastrophiques ne manquent pas dans notre environnement, ou en tous les cas leur faible taux de réussite. Il nous faut inventer un modèle à la mesure de nos attentes de responsables associatifs et d’acteurs responsables dans le champ du médico-social savoyard. C’est à cette tâche que nous nous attachons cette année. Nous espérons pouvoir compter sur tous les partenaires pour nous soutenir et pour nous aider à trouver des pistes de solutions.

Nous sollicitons aussi tous les sceptiques afin qu’ils nous laissent le temps de réfléchir sans être pollués par les fantasmes inhérents aux changements que peut produire une pensée collective pour mieux vivre ensemble. Nous ne sommes pas animés par des conflits d’ego que les inquiets et destructeurs voudraient nous prêter.

Soyons tous convaincus que notre seul but est de solidairement faire mieux.

Mais ce travail ne se fait pas aux dépends de la vie quotidienne et du traitement des sujets en cours. Vous trouverez dans le dossier des nouveautés et dans la LETTRE de février 2018 le point sur les projets. L’impressionnante liste des dossiers ouverts démontre notre volonté de mener notre mission à bien.

Notre combat continue auprès des pouvoirs publics pour dénoncer l’impossibilité pour les jeunes adultes polyhandicapés des Mésanges de quitter l’établissement pour enfants par manque de places de MAS ou de FAM pouvant les accueillir en Savoie. Cette situation perdure et aujourd'hui une vingtaine d’enfants de moins de 6 ans attendent la libération des places bloquées. Le Directeur général de l’ARS Auvergne Rhône-Alpes nous fait espérer un plan polyhandicap prochain : mais pas de calendrier à présenter aux familles désespérées…

Les politiques publiques affirment une volonté d’inclusion à laquelle nous souscrivons sans réserve. En effet, chaque personne handicapée doit avoir une place dans la société qui prend en compte sa différence et lui donne le choix de vie identique à tout autre citoyen.

Nous revendiquons le droit au projet personnalisé comme il est exposé dans la loi 2002-2. C’est dire que pour certains de nos enfants une place en milieu ordinaire d’école ou en entreprise serait de la pure maltraitance : leurs bonnes places seraient plutôt avec un accompagnement adapté à leurs besoins et attentes telles qu’ils peuvent aujourd'hui les trouver dans les établissements spécialisés. Nous continuons donc à défendre le droit au choix et pour cela nous demandons aux pouvoirs publics de continuer à créer et financer des établissements sur mesure afin que chaque projet différencié ait une réponse appropriée.

Nous vous souhaitons une bonne lecture de notre site. 

 
Le Président,
Raymond MIEUSSET

 

 
 
 
 
 
 

 

 
Nous Rejoindre
    > Contact

 

    Adhérer
   > La Lettre APEI
   > Les Cahiers
   > Base documentaire